Entendez-vous dans les campagnes….

On 8 février 2012 by Nicolas Le Douarec

Et voila, faisant suite au séminaire sur les nouvelles mobilités dans les territoires péri-urbains et ruraux, le Centre d’Analyse Stratégique, organisme dépendant du premier ministre vient de publier son rapport de synthèse sur le sujet, loin des hypercentres urbains et des lancements hyper-orchestrés d’un Autolib Parisien ou d’un Car2Go Lyonnais, .

Autrement dit, au travers des 5 recommandations du Centre le gouvernement s’apprête à inviter nos campagnes à faire leur révolution auto-mobile !

Décryptage

L’enjeu :

Les territoires périurbains et ruraux se caractérisent par une faible densité et des transports collectifs « minoritaires », et se définissent finalement par opposition aux zone urbaines denses.

L’expérience quotidiennes des ces territoires est facilement reconnaissable :

  • l’habitat est dispersé ;
  • le travail et  les services quotidiens – commerces, administrations, écoles – sont loins ;
  • les transports collectifs sont peu développés.

Ainsi donc presque 60% de la population métropolitaine vivrait dans ces territoires variés et complexes, et – par nécessité plus que par choix – serait complètement dépendante (certains dissent drogués) de la voiture pour simplement y vivre normalement. 20 millions de voitures y circulent chaque jour et totalisent plus de 50% des kilomètres annuels parcourus en voiture en France.

Ces territoires et populations aux revenus modestes sont de sûrcroît très vulnérables à un choc pétrolier.

Le Centre d’analyse Stratégique montre que ce n’est pas une fatalité, identifie de nombreuses (9 précisément) pistes de solution, dont, vous l’avez déjà deviné le partage de la voiture façon CityzenCar.

Le Centre d’analyses Stratégique fait 5 recommandations. Je préfère ici simplifier et synthétiser le rapport en présentant les 3 grands thèmes facteurs d’une cure de sobriété et de désintoxication à l’autosolisme :

Coordination, information et partage

Coordination

De la définition de la stratégie locale à l’implémentation des outils classiques de la mobilité, fort est de constater l’absence totale de coordination, ni même de collaboration, quand il n’y a pas tout simplement rivalité ouverte !  Un non sens économique, écologique et social qui n’est plus tolérable en période de crise(s).

Il est urgent de repartir de l’usager, de ses besoins et d’articuler un cadre logique et compréhensible.

Un exemple ? Faire en sorte que les pistes cyclables’rabattent’ vers des points de rencontre multimodaux gares ferroviaires/ routières/ de covoiturage, / etc… Une véritable révolution du bon sens.

Information

Encore faut il savoir ce qui existe et comment ça marche, encourager le changement, l’action citoyenne ou entrepreneuriale, amplifier les bonnes pratiques.

Malheureusement, le rapport n’échappe pas au mirage de l’information temps réel de l’offre de transport. Dans la pratique quand votre seule option est le car de 11h25 et que le prochain est a 18h, je doute de l’impact de ce Graal numérique présumé. En tout cas pas dans l’immédiat. L’urgence est ailleurs.

Partage

Oh, comme on l’aime ce troisième -et oh combien puissant  thème : la révolution de la voiture partagée peut et

doit envahir nos campagnes. De la musique à nos oreilles ! Et comme dirait Ludovic Bu, DOUBLEMENT partagée, cette voiture :

Partage de voiture entre voisins ; co-voiturage ; mais aussi utilisation mixte des flottes des acteurs économiques – entreprises et administrations ; décloisonnement des professionnels  du transport pour une mutualisation des besoins. Les axes de désintoxication à l’autosolisme ne manquent pas en effet.

Le rapport, fort opportunément mais trop brièvement aborde la mutation concommitante de l’objet automobile en citant les quadricycles sans permis d’Aixam , mais il y a aussi la Mia, le Twizy, voire le Zbee qui permettent d’inventer des nouveaux usages adaptés à ces fameux premiers/derniers kilomètres.

Appliqués conjointement, le Centre d’analyse Stratégique annonce des réductions substantielles – de l’ordre de 30% –  du coût de la mobilité de ces territoires.

Qu’attendons nous ? Nous sommes prêt !

2 Responses to “Entendez-vous dans les campagnes….”

  • Bonne nouvelle ! Dommage cependant que ce rapport ne parle que de mobilité et pas d’urbanisme. Aux sources de la dépendance à la bagnole, il y a la « tentation du béton », cet étalement urbain aux conséquences vicieuses et qu’il faudra bien au moins essayer de freiner.

    • Nicolas le Douarec

      La mission du groupe du travail excluait explicitement l’urbanisme, pour se focaliser sur les solutions ‘à urbanisme constant’, donc applicable immédiatement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>